COMITY

the catharsis syntax project // e-zic.com

Après une intro extra-terrestre en guise d’amuse-gueule, et puis la machine Comity se met en marche : batterie lourde et puissante, chant clair au début puis cris acérés ensuite, le tout secondé par 2 guitares bien tranchantes, et par une basse qui malheureusement à du mal à se faire entendre au milieu de toute cette cohue. Les Évreusiens livrent une zik qui tend vers le grind sans faire trop bourrine pourtant, ça passe comme une lettre à la poste, le son est clair et malgré la longueur des titres il n’y a pas trop de redondance.

Bien que placés dans un style très violent, ce groupe arrive à faire de longs passages « calmes » et pesants, à créer une ambiance sans violence. Certains passages sont de vrais OVNIs dans l’univers grind/hardcore et on se trouve souvent perplexe suite à un riff sans disto ou à leurs breaks surprenants, et même suite à leurs passages violent qui sont des monstres du genre ou technique d’allie avec puissance pour décaper les oreilles.

Après une longue piste entièrement instrumentale, on entre dans l’autre partie du CD est assurée par XII, qui fait parler la poudre. Gros son là aussi, un chaos alterné avec des passages plus rock, chantés d’une voix claire qui fait un peu bizarre sur ces bons riffs et cette grosse double (que le son n’arrive pas à rendre tout le temps). Musicalement mieux que vocalement, on aurait pu avoir un bon groupe mais les passages trop « gentillets » ressemblent trop à du Pleymo/Feeding (en moins ridicule); peut-être est ce dû au chant en français. Ca pourrait être pas mal avec une voix plus grave et saignante tout du long, mais ce chant clair gache un peu tout.

 On gardera surtout la partie Comity de ce CD, plus vraie, plus puissante, alléchante par moment. Comity est un bon groupe et avec un petit quelque chose en plus ils pourraient vraiment décoller et ne plus avoir à faire de split. Leur musique est toutefois complexe et il est difficile de s’y retrouver tant la diversité est leur maître mot.

 Jeff

Share